DRT

Numérique Terrestre.
Les conditions de réception .

Mesureur de Champ    Le démarrage du numérique terrestre soulève la question de la compatibilité avec les installations existantes. Hormis les travaux à prévoir sur les antennes collectives, le numérique ne devrait pas, en revanche, susciter de problèmes particuliers en réception individuelle avec les antenne déjà en place sur les toits. Le principe de la planification des fréquences pour la diffusion numérique terrestre est de se placer parmi les canaux analogiques diffusés en bande UHF (canaux 21 à 65). Préférentiellement, les canaux numériques seront placés en adjacents des canaux en service actuellement, ceci afin d'éviter les travaux sur les pylônes des émetteurs existants, et surtout garantir leur réception sans avoir à modifier le parc d'antennes déjà installées. Mais cela ne sera pas toujours possible sur tous les canaux en raison de la complexité du réseau de diffusion (canaux déjà utilisés à distance de brouillage de l'émetteur) et pour minimiser les réaménagement sur les réémetteurs dans les zones desservies. Il y aura donc des affectations différentes pour certains canaux, et pour conséquence des problèmes de réception à craindre avec les antennes qui ne reçoivent pas l'intégralité de la bande UHF (antennes sélectives). L'impact sur les antennes sera plus important encore dans les régions où les contraintes obligeront à choisir de sites différents, ou à modifier les zones de couverture de la TV numérique par rapport aux diagrammes de rayonnement recherchés, pour ne pas brouiller les voisins.

LES  ANTENNES  INDIVIDUELLES

 Tête de station (150 prises) en cours de montage   

    Le choix d'opérer dans les mêmes gammes de fréquences et à partir des sites vers lesquels sont orientées les antennes de réception, devrait en principe permettre au numérique hertzien d'être reçu dans les foyers par les antennes "râteaux" déjà en place sur les toits. Ces conditions supposent toutefois un niveau de réception satisfaisant des chaînes existantes (au moins 50 dBµV à l'antenne) pour garantir également la réception des futures émissions numériques. La caractéristique large -bande (21-69) de l'antenne est une garantie supplémentaire. Il se peut ,en effet, que les canaux planifiés sur certains émetteurs impliquent le remplacement des antennes demi-bande (bande 21-38 / IV & 38-69 / V) non conçues pour capter toute la bandes passante UHF.
La qualité de certains câbles coaxiaux reliant l'antenne au récepteur est aussi un point à vérifier. Il apparaît comme un élément essentiel aux transmissions des signaux télévision numériques. Pour éviter les brouillages , ceux-ci doivent être, en effet, protégés des parasites par un blindage correct du câblage de l'antennes et de tout les équipements s'y rapportant (préamplificateurs, répartiteurs, boîtiers d'arrivée) comme les normes l'exigent sur les nouvelles installations.
     Moyennant quoi, la réception numérique est parfaitement compatible avec les moyens de réception en place, y compris dans des conditions limites de réception chez certains particuliers qui usent facilement d'amplificateurs en compensation d'une mauvaise réception. Seule l'annonce d'une moins bonne couverture liée aux restrictions sur certains émetteurs, ou la construction de sites de localisation différente pour les mêmes raisons, hypothèquera la réception dans ces zones avec les moyens existants. Par analogie avec ce qui s'est passé lors du déploiement des 5 et 6ème chaîne, les foyers concernés devront alors supporter le coût d'adaptation de leur installation, avec l'obligation d'une nouvelle antenne plus performante (à meilleur gain et parfaitement symétrisée) pour recevoir la télévision numérique. Les premières estimations font état de 2 à 4 millions d'antennes individuelle qui devront être ainsi modifiées, améliorées ou refaites pour bénéficier de cette réception numérique.

LES  INSTALLATIONS  COLLECTIVES

Synoptique visuel "idéal"      En France, les antennes collectives concernent près de 14 millions de foyers (64%) en habitat collectif. Sur un total  de 700 000 collectifs, on estime à 490000 le nombre d'installations concernées dans les zones de couverture du numérique terrestre. On distingue de l'antenne collective, la "tête de station" qui reçoit les différents canaux, les filtre éventuellement et les amplifie, de la partie distribution (câblage) qui amène les signaux aux prises des logements.
     Concernant la partie distribution, il est démontré que toutes les installations récentes réalisées conformément à la norme C90-125 et correctement réglées pour la réception analogique seront aptes à transporter les signaux numériques dans d'aussi bonnes conditions. La plus large dynamique des niveaux acceptables par les terminaux numériques (35 à 70 dBµV) permet, en effet d'assurer que la quasi-totalité des prises ont une aptitude à distribuer les signaux numériques dès l'instant où la réception des chaînes existantes est satisfaisante à la prise la plus défavorisée (dans la limite des 57 dB avec un C/N d'au moins 44 dB). En outre, tant que les écarts de protection restent respectés, l'ajout des canaux numériques avec l'amplification des chaînes analogiques n' a pas suffisamment d'influence sur les niveaux d'inter modulation pour en tenir compte sur les réglages des amplificateurs. Il ressort donc que les installations collectives réglées comme il se doit en conformité avec les normes en vigueur, sont intrinsèquement compatibles avec les futurs canaux de télévision numérique, et qu'en aucune manière leur conception doit être remise en cause. En revanche, des problèmes sont à prévoir sur les installations qui ne sont pas en conformité (environ 30% du parc ) ,là où la réception est certainement d'ores et déjà mauvaise. Circonstances qui inciteront à faire des travaux de remise en conformité avec un câblage entièrement refait, l'occasion d'intégrer également la réception satellite.
        Pour les autres installations, excepté les antennes large bande (30 % du parc ) des modifications au niveau de leur station de tête sont à prévoir pour permettre d'y adapter la réception des nouveaux canaux. A cause des filtres qui bloquent la réception des canaux différents de ceux affectés aux seules chaînes reçues actuellement, ces installations sont incapables de recevoir d'autres canaux sans les filtres appropriés (réglés sur les canaux correspondants). Du fait des canaux adjacents (réception bi-canal ou à canaux triples) , il n'est plus question de bidouiller les stations de tête en plaçant des filtres complémentaires comme cela a été le cas pour la réception de la 5 et 6 ème chaîne . Il faudra dés lors changer les filtres égaliseurs en place pour permettre d'élargir la réception au numérique, et ce à la différence des installations à amplification mono-canal (20 % du parc) sur lesquelles les interventions devraient simplement se limiter à l'ajout de six nouvelles voies pour l'installation des canaux numériques, grâce au truchement des voies de conversion pour transposer les canaux adjacents sur des fréquences différentes.
       Le fait de devoir changer certains équipements pour la réception numérique, en fonction des fréquences d'affectation des différents canaux alloués au numérique, est difficilement concevable sur une installation neuve venant d'être mise en service. Dans ce contexte, les arguments sont en faveur des stations d'amplification à voies sélectives programmable. Lors du démarrage des programmes numériques, la possibilité de régler en mode "bi-canal" ou à "canaux triples" les voies qui seraient accompagnées d'un canal numérique, et de programmer les voies libres pour l'installation des autres canaux, permettra d'intégrer ipso facto les six canaux numériques dans une grande majorité des cas.

CONCLUSION

Alain Spécialiste Résaux collectifs

     Les principales modifications qui seront à apporter aux systèmes d'antennes porteront essentiellement :

  • Sur l'installation d'une nouvelle antenne, si le canal utilisé en numérique n'est pas dans la bande couverte par l'antenne existante, ou bien si un nouveau site d'émission est utilisé en numérique.

  • Sur le changement des filtres égaliseurs pour les stations de têtes de nombreuses installations collectives.

  • Sur l'installation de six nouvelles voies (dont des voies de conversion) pour les stations à voies d'amplification mono-canal que l'on rencontre sur les gros collectifs.

Il faudra aussi compter sur une réfection complète des installations défectueuses, là où la réception est d'ores et déjà mauvaise.

 

DOSSIER sur le Numérique terrestre :     calendrier          Pays voisins        Vrai ou faux
accueil            nos prestations          matériel           termes techniques